Maison du gouverneur de la Gabelle, Condrieu

Maison du gouverneur de la Gabelle, Condrieu A. Chilès
Maison du Gouverneur de la Gabelle; un certain nombre d'éléments architecturaux remarquables tels sa chimère d'angle de toiture, ses fenêtres à meneaux, ses moulures, ses pilastres, son escalier en colimaçon ou ses macarons décoratifs (une tête de moine, une tête de femme, une figure grotesque...).

Dénomination

demeure

Commune

Condrieu

Adresse

Grande rue

Siècle

15e ; 16e ; 17e

Historique

Cette construction de style renaissance, érigée au début du 15e siècle, a servi de résidence aux gouverneurs jusqu'à la Révolution de 1789. Sorte de super percepteurs, ces derniers étaient chargés de « lever la Gabelle ». Cet impôt, institué par Philippe Le Bel en 1286 pour renflouer les caisses royales, et généralisé par Philippe Le Hardi (1326-1350), était particulièrement exécré d'autant plus que les commis de la Gabelle (les Gabelous), avaient une réputation peu enviable. Selon une ordonnance de 1343, nul ne pouvait vendre du sel en France qu'après l'avoir acheté aux greniers de l'Etat et au prix fixé par le roi. Condrieu fut estimée assez grande ville pour avoir son grenier à sel. Chaque famille était donc contrainte à acheter la quantité de sel qu'on supposait lui être nécessaire, sans qu'elle pût se dispenser de faire cette onéreuse acquisition. Les Condriots étaient encore plus malchanceux car le bourg se situait en pays dit «de petite Gabelle » où le prix du sel était encore plus élevé qu'ailleurs. Si certains gouverneurs furent abominés à Condrieu, comme André Pape dont les exactions faillirent causer la ruine de la région, d'autres, tels les De Villars surent se montrer dignes aux yeux de la postérité.

Protection

Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Valorisation

Pour en savoir plus