Le Haut plateau

Le plateau de Saint-Genest-Malifaux, Marlhes et Jonzieux est un plateau, d’altitude moyenne de 900m, situé à l'extrémité sud du massif du Pilat, en limite du département de la Haute-Loire. L’identité montagnarde et la rigueur du climat l’hiver contribuent largement à renforcer l’identité montagnarde de ce secteur du Parc du Pilat.

Le modelage des paysages du plateau est le résultat de l'omniprésence de l'agriculture et du développement économique et démographique de l'agglomération stéphanoise dont la proximité est saisissante, depuis le site de la Croix du Guizay en particulier.

 

Les ensembles de grands espaces ouverts habités y sont connectés entre eux. Les espaces boisés et agricoles sont clairement délimités ce qui confère à ce secteur une grande lisibilité. L’urbanisation est très regroupée sur l’ensemble du plateau et la limite entre agriculture et urbanisation est également très franche.

Caractéristiques dominantes

L’eau est partout présente sur le plateau et se manifeste sous différentes formes. Elle dessine ce territoire en lui attribuant des spécificités et un patrimoine paysager et naturel riche.

 

Les tourbière, et en particulier la tourbière de Gimel constituent un patrimoine naturel et paysager largement reconnus par les naturalistes comme des promeneurs. Un sentier accessible aux personnes à mobilité réduite a été récemment aménagé à Gimel.

 

Essentiellement tourné vers l'activité agricole d'élevage bovin et de production laitière, le plateau de Saint-Genest-Malifaux présente des paysages largement ouverts que les boisements de conifères et les hameaux ou villages viennent animer.

 

La partie centrale du plateau est délimitée par la profonde vallée du Furan au nord-est en réponse à une succession de reliefs constituant les crêts du Pilat dont le Crêt de Chaussitre. A l’ouest, la limite est d’avantage administrative que paysagère puisqu’il s’agit du département de la Haute-Loire.

 

La géographie a, ici comme ailleurs, dessiné des Cols, véritables lieux stratégiques qui marquent le basculement vers une autre entité paysagère et souvent un autre bassin de vie. Le Col de la République est certainement le plus important du territoire et le plus connu des automobilistes parcourant la route départementale 1082, ex « Route Bleue », acheminant les premiers vacanciers vers le sud de la France.

 

L'omniprésence de l'eau et l'exploitation de la force hydraulique de l'eau depuis le XIXème siècle ont dispersé, sur le territoire, un chapelet de patrimoine industriel essentiellement composé de scieries. La proximité de l’agglomération stéphanoise et de son besoin en eau potable a disposé sur le territoire d’importants barrages dont ceux du Sapt et du Cotatay.

Représentation collective

D'une altitude comprise entre 900m et 1300m, ce cadre "naturel" proche de l'agglomération stéphanoise lui accorde un atout touristique majeur.

Son architecture massive en granite et les vents qui le parcourent librement ou presque, peuvent lui conférer une rigueur confortant son caractère montagnard.

Dynamiques et Pressions

Vaste contrée aux traits encore très dessinés par les boisements, les prairies, les bourgs et hameaux, le territoire du Haut-plateau est caractérisé par des paysages très lisibles qui lui donnent un visage agricole facilement identifiable et relativement stable.

La forêt même, ne semble pas rentrer ici en véritable concurrence avec l’agriculture. Toutefois, son évolution peut poser question. En effet, les plantations d’épicéa arrivant à maturité, la question de leur évolution doit être posée à court et moyen terme (sapinière, replantation en Douglas, variété des essences et intégration d’essences caduques, reconquête dans certain cas).

Les évolutions des systèmes productifs agricoles ont engendré des modifications dans les paysages du plateau sans pour autant être généralisées sur tout le secteur. Les plantations de maïs ont, par endroits, remplacé les prairies naturelles en contradiction avec les conditions climatiques et la nature des sols du secteur.

Objectifs de qualité paysagère

Afin de répondre aux enjeux de la forêt, une Charte forestière animée par le Parc a été signée en 2011, montrant ainsi l’engagement de l’ensemble des professionnels de la filière bois du territoire pour la bonne gestion de cette ressource locale.

Le panorama sur la Ville de Saint-Etienne, qu’offre le site du Guizay dominé par sa madone, constitue une véritable valeur paysagère, en particulier pour les habitants des villes-portes. Bien que rendu accessible aux personnes à mobilité réduite, les efforts de valorisation méritent cependant d’être poursuivis. En effet, plusieurs antennes relais viennent créer une concentration d’éléments verticaux produisant un paysage immédiat banalisé et complètement ignoré. L’urbanisation linéaire du plateau du Guizay tend aussi à dénaturer la grandiosité des lieux caractérisée par une co-visibilité et un contraste avec l’agglomération stéphanoise pour le moins saisissants.

 

Pour en savoir plus: Ensembles paysagers emblématiques et Sites remarquables :

-          Vallée de la Dunerette

-          Vallée du Cotatay

-          Vallées du Maboeuf et de la Semène

-          Col de la République et Les 3 Croix

-          RD 1082 ou « route bleue »

-          Croix du Guizay

Galerie d'images

  •