Prairies naturelles et pelouses
Prairies naturelles et pelouses

Composées uniquement d’espèces herbacées, ces formations sont intimement liées, dans le Pilat, à des pratiques agricoles (fauche ou pâturage). Ne sont décrites dans cette rubrique que les formations « naturelles » ; sont donc exclues les formations artificielles de prairies (retournées et semées annuellement). Notons également que les prairies humides sont évoquées dans une autre rubrique, concernant les zones humides. Alors que les pelouses se cantonnent aux sols pauvres en éléments nutritifs (sols ofligotrophes), les prairies se développent sur des sols pus riches (sols mésotrophes à eutrophes), offrant alors un couvert végétal plus dense et plus haut. Parfois, il peut être difficile de distinguer les pelouses des prairies ; l’observation des cortèges floristiques et la présence d’espèces peu exigeantes, comme le Serpolet ou le Polygala, constitue alors un indicateur des pelouses.

 

La surface totale occupée par l’ensemble de ces habitats est d’environ 15 500 ha soit 21,6 % du territoire du Parc (source CBNMC cartographie des habitats - 2005).

Formations herbacées basses, les pelouses colonisent généralement des zones agricoles non fertilisées cantonnées le plus souvent aux secteurs de pente et aux sols peu épais.…
Les modes d'exploitation conditionnent fortement la nature de la flore des prairies. Ainsi peuvent être distinguées, à partir de leurs cortèges floristiques : Les prairies…