Les prairies naturelles

Les modes d'exploitation conditionnent fortement la nature de la flore des prairies. Ainsi peuvent être distinguées, à partir de leurs cortèges floristiques :
  • Les prairies de fauche, dont les plantes indicatrices sont le Fromental, l'Avoine dorée, le Salsifis des prés, la Grande Berce, le Brome mou.
  • les prairies pâturées pour lesquelles, outre l'absence des espèces caractéristiques des prairies de fauche , pourront être observées des espèces favorisées par le piétinement comme le Grand Plantain, la Renouée des oiseaux.
Toutefois il existe dans le Pilat des formes de transition très fréquentes, correspondant à un mode d'exploitation mixte combinant fauche et pâturage. Comme pour les pelouses, lorsque les pratiques agricoles sont abandonnées, se développent alors des végétations de recolonisation, avec les ourlets suivis plus ou moins rapidement des fourrés puis de la forêt. Enfin on parlera de culture ou de prairie artificielle lorsqu'1 à 3 espèces seulement dominent.

Répartition dans le Parc naturel régional du Pilat

Surface identifiée : près de 12 000 ha
Régions naturelles concernées : ensemble du territoire

Enjeu patrimonial et menaces

Les prairies de fauche, dont les types de végétation relèvent pratiquement tous de la Directive Habitats, présentent un enjeu patrimonial plus important que les prairies pâturées.

Plus dans cette catégorie: Les pelouses »