Les tourbières

Au sein des tourbières se distinguent les hauts-marais, ou tourbières bombées, les landes tourbeuses et les tourbières boisées :

  • A côté du haut-marais proprement dit, qui présente une activité turfigène active (constitution de la tourbe), on observe la lande tourbeuse, liée aux buttes les plus hautes.
  • Les tourbières boisées constituent des végétations arbustives et arborescentes de recolonisation des hauts-marais et des landes tourbeuses.

Répartition dans le Parc naturel régional du Pilat

Dans le Pilat, les tourbières sont rares et souvent de faible surface.
Surface occupée : 90 ha.
Régions naturelles principalement concernées : plateau de Saint-Genest-Malifaux, vallée de la Dunerette, versants montagnards des Crêts.

Enjeu patrimonial et menaces

Milieux naturels ayant connu une forte régression ces dernières décennies sous l’effet de multiples interventions (exploitation de tourbe, drainage, plantations, mise en eau…), les tourbières sont maintenant devenues un patrimoine mondial à préserver. Ainsi la Communauté Européenne les a inscrit dans la liste des milieux relevant de la Directive « Habitats ». En effet ces milieux abritent des espèces spécifiques qui ne peuvent être trouvées ailleurs. D’autre part, grâce à leurs caractéristiques physico-chimiques et biologiques (saturation en eau et absence de décomposition de la matière organique), les tourbières sont de véritables archives naturelles où ont pu être conservés pendant des millénaires grains de pollen, graines et parfois fragments de plantes. A l’échelle du Pilat, les principales menaces proviennent d’interventions de drainage en vue d’une utilisation agricole ou de plantations.