Eglise

Chapelle dédiée à Saint-Didier, évêque de Vienne (6e siècle). Il ne resterait que des traces aujourd'hui: une statue de la Vierge, sculptée dans le bois.

Église dédiée à Notre-Dame et à Saint-Didier, avec une nef et des collatéraux, construite à l'emplacement de l'ancienne chapelle. Chœur avec un chevet plat et coupole de style byzantin. Bras du transept non débordants. Ordonnance intérieure byzantine. Clocher à un étage au-dessus du vaisseau avec une flèche le surmontant avec quatre clochetons d'angle.
Cinq cloches dont deux portant une inscription relative à leur baptême: 1. la plus ancienne sous le vocable de Saint-Isidoredatant de 1778 et refondue en 1849. Parrain: Guillaume Coppin; marraine: Jeanne-Marie Sabot. 2. cloche dite "Saint-Joseph, le patron des charpentiers". 724 kg. Parrain: le curé Denis-Julien Maton; marraine: Marie-Rose Royer, veuve de Joseph Matevet". Bénitier à fleur de lys. Mobilier rapatrié à Bourg-Argental.
Publié dans Eglise
Église de la Nativité ou de Saint-Roch, son second patron.
La chapelle seigneuriale porte à la clef de voûte le blason de Bernou de Rochetaillée. Chaire en bois de noyer avec quatre évangélistes.
Publié dans Eglise
Église en pierres avec une statue dans une niche située au-dessus de la porte d'entrée.
Cloche en bronze, pietà en bois.
Publié dans Eglise
Église dédiée à Saint-Philippe. Un seul vaisseau long et étroit dont les murs sont renforcés à l'extérieur par d'épais contreforts.
Publié dans Eglise
Église avec une façade néo-classique surmontée d'un fronton triangulaire. Au-dessus du portail, une niche dans laquelle se trouve une statue de la Vierge. Vaste nef plafonnée "à la française", s'étendant sur trois travées voûtées en cintre légèrement surbaissé. Abside du chœur semi-circulaire, avec autour des stalles en bois. Au bas de la nef latérale gauche, fonds baptismaux agrémentés de deux anges et surmontés d'un fronton d'où se détachent les têtes joufflues d'angelots.
Autel en marbre blanc coiffé d'un ciborium orné d'un globe et d'une croix. Nefs latérales se terminant par des murs droits auxquels sont adossés des autels (à droite, la Vierge; à gauche, Saint-Joseph). Vitraux très colorés, représentant les personnages éminents de la religion: Jean-Baptiste, Anne, Pierre, la Sainte Famille.
Publié dans Eglise
Église d'inspiration romane. Le clocher actuel, construit sur une petite chapelle aux voûtes en ogive, là où se trouvent les fonds baptismaux, est un reste de l'ancien prieuré. Dans la nef centrale de l'église, à côté du pilier droit du fond se trouve également une crypte assez exiguë où reposent des moines ou d'anciens prêtres de la paroisse.
Légende: un souterrain partirait sous l'autel St Joseph et relirait une cave du hameau des Cotes.
Publié dans Eglise
Église paroissiale composée d'une nef centrale et de deux bas-côtés avec chapelles latérales de style gothique.
Le clocher mesure, quant à lui, trente mètres de haut, du sol à la croix qui domine ses clochetons.
Toit polychrome en tuiles vernissées.
Publié dans Eglise
Église sous le vocable de Notre-Dame de Pitié, entourée de tombes. Assemblage de bâtiments juxtaposés: chaque avancée correspond à une chapelle latérale. Abside romane. Chapelle des Evangélistes. Chapelle seigneuriale ornée de fresques. Fresque dans une des chapelles au nord. Clocher massif et carré aux baies bouchées, se terminant par une salle de guet. Galerie étroite autour de l'église servant de cimetière.
Statue polychrome de Saint-Vincent.
Publié dans Eglise
Église en surplomb de la vallée.
Son porche est surmonté d'une vierge baroque de deux mètres de haut, attribuée à Coysevox. Cette Vierge est voilée : elle retient un pan des plis de la main droite tandis que l'enfant Jésus est assis sur sa main gauche. Celle-ci avait également pour fonction de surveiller la navigation sur le Rhône. Ainsi, selon la tradition, le patron qui oubliait de la saluer par un « Je vous salue Marie » était voué à une amende en faveur de son équipage de son bateau.
Vitraux de Pierre Campagne (1934), donnés par des paroissiens et la comtesse de Chabanne alors propriétaire de Corps de Loup à Tupin.
A l'intérieur, autel de la vierge.
Publié dans Eglise
Eglise de Notre-Dame de Pélussin de style roman. Gros clocher en façade, crypte romane. Façades latérales garnies de contreforts à la fonction surtout décorative. Façade principale, surmontée du clocher et de sa haute flèche octogonale, particulièrement chargée. Deux tours rondes couvertes en coupole et reliées par une série d'arcatures lombardes encadrant le portail. Statue Notre-Dame-sous-Terre.

Crypte:

De gros piliers rectangulaires soutiennent des arcs doubleaux en plein cintre. La crypte abriterait une statue miraculeuse, une Vierge noire à l'Enfant ayant le pouvoir de ressusciter les enfants morts-nés. La croyance populaire disait que les âmes des enfants non baptisés erraient dans la campagne jusqu'à ce qu'elles rencontrent un parrain qui les délivre. Pour éviter ce sort aux bébés morts-nés, leurs proches les amenaient dans la crypte et priaient. Alors, le miracle se produisait les enfants revenaient à la vie le temps pour le prêtre de les baptiser.

Publié dans Eglise
Ancienne chapelle du 17e remaniée. Église avec une nef courte et large. Chœur avec un chevet en abside. Tour-clocher se situant sur le côté sud du chœur.
Cloche en airain appelée Louise Hortense Napoléone, où est inscrit « Je m'apelle Louise Hortense Napoléone. Mon parrain est Oriol Etienne. Ma marraine est Jean-Marie-Claudine-Sophie Blachon. Mes fondateurs sont S. A. Louis Napoléon ; Louise Hortense Napoléone se met sous la protection de Dieu ». Cloche de 1 000 kg dont 39,125 pour le battant seul. Cloche Jeanne donnant le do de 255 kg. Noms des parrain et marraine inconnus. Utilisation du vocable Jeanne en souvenir de la Libératrice de la Patrie (Jeanne d'Arc) : pour la première Guerre Mondiale, sur les 54 habitants qui partent à la guerre 27 ne reviennent pas.
Autel en marbre (remplaçant l'ancien autel donné aux Sœurs), statue de l'Immaculée Conception en marbre de Carrare, bénitier en marbre blanc, ostensoir, statues des Saints Patrons Abdon et Sennen. Deux vitraux: vitrail de la cène (à gauche du chœur) offert par Mme Bastre-Vanel, vitrail à droite offert par M. Gillier, industriel à Saint-Julien-Molin-Molette.
Publié dans Eglise

Eglise néo-gothique, composée d'une nef, de colatéraux et d'un chœur avec un chevet en baside. Portail et colonnes latérales romans, avec tympan sculpté et orné de scènes de la vie de la Vierge.

Ecusson de pierre au-dessus du baptistère divisé en deux parties: celle de gauche porte les armes des de Montchenu et celle de droite des Pagan. Pierre funéraire aux armes de la famille de Lupé dans la petite nef de droite, portant trois inscriptions. Absidiole de gauche dédiée au Sacré-Cœur aveugle.

 

Publié dans Eglise
Parties 12e: édifice couvert par trois nefs voûtées en plein cintre dans la tradition romane.
Parties 19e: façade et chœur entièrement refaits, clocher surélevé d'un étage et d'une flèche. Tympan sculpté au-dessus du portail d'entrée. Deux nefs latérales ajoutées. Clocher surélevé avec un toit en tuiles vernissées polychromes.
Carillon de quatre cloches dans le clocher, avec un mécanisme en bois.
Statut de Saint-Appolinaire.
Publié dans Eglise
Eglise paroissiale conservant des stalles dont les miséricordes (saillies sous l'abattant des sièges) sont décorées de masques.
Chapiteau corinthien gallo-romain portant un des bénitiers.
Trois cloches : la plus ancienne porte l’inscription de la date : « 1577 » ; la plus grosse a pour inscription : « Marraine :  Me Atte Guilltte Charrier de la Roche, dame Harenc. Parrain : Mr Ce-Mie Magdne de Harenc. Curé : Mr Al. Maurice Petitain ; Maire : Paret. Faite à Lyon, par Joseph Frèrejean, 1827 » ; la plus petite : « Marraine : Mme Jne Garon fe Paret – Parrain : Mr Mt Garon . – Curé : M. Maurice Petitain. – Maire : M.J. Paret. Faite à Lyon, J. Frèrejean, 1827 ».
Publié dans Eglise
Église dédiée à Saint-Clair avec trois nefs lambrissées, séparées par des colonnes ioniques. Façade curviligne, clocher au chevet.
Publié dans Eglise
Église néo-romane.
Bas-relief en marbre blanc évoquant la mort de l'enfant Montagne
Plusieurs statues comme celle de Saint-Claude.
Publié dans Eglise

Église paroissiale aux tympans et linteaux romains. L'église actuelle a conservé son chevet du 14e, sur plan carré, à deux travées voûtées d'ogives.Le linteau et le tympan situés sur le portail demeurent une merveille de la sculpture du 11e siècle. Dans le linteau est représentée la Cène : Tous les personnages sont mutilés mais reconnaissables. Le motif du milieu représente le Christ habillé jusqu'aux genoux, les bras étendus horizontalement. A sa droite, un personnage recueille dans une coupe, le sang précieux qui coule du côté ouvert par la lance : C'est une Crucifixion dont on ne trouve les exemplaires que dans les sculptures les plus anciennes du Moyen-Age. La partie la plus ancienne, le chœur et les deux chapelles latérales comportent des ogives qui ne sont pas de la même hauteur. Le Grand vitrail du chœur représente la lapidation de St Etienne, patron de la paroisse, tandis que les vitraux des chapelles latérales représentent la Vierge (à gauche) et St Joseph (à droite). De ces parties, on remarque également les sculptures en culs de lampe : Têtes d'anges, de personnages ou d'animaux. La Chapelle Saint Nicolas nous fait découvrir la statue de Saint Nicolas, celle de Notre Dame de la délivrance, et la Croix d'Equipage des Mariniers avec tous les instruments de la Passion. Dans un recoin se trouve aussi un caveau ayant recueilli les corps de plusieurs familles célèbres de Condrieu : D'arces de la Bâtie, Gayant, De Villars, Chapuis... Parmi les objets, on peut tout autant citer le buffet d'orgue provenant de l'ancienne église St Pierre des Terreaux à Lyon, acheté vers 1910. D'autres éléments de grande valeur font l'objet d'une protection toute particulière. Tuiles vernissées.

Publié dans Eglise
Église de style roman.
Monument aux morts pour les première et seconde Guerres Mondiales, avec un homme levant les bras au ciel.
Six statues, dont une Vierge à l'Enfant.
Une tombe avec l'inscription "A LA MEMOIRE DE CHARLES-ANTOINE HENRI BERNOU BARON DE ROCHETAILLEE BIENFAITEUR DE PLANFOY".
Trois plaques commémoratives.
Publié dans Eglise
Église néo-gothique, dédiée à Saint-Eucher, archevêque de Lyon, agrandie par l'architecte Bonnard.
Peinture représentant La Visitation.
Cloche appelée "Madeleine" car, le jour de la Sainte-Madeleine; un bedeau aurait sonner les cloches pour faire partir de gros nuages de grêle.
Tableau de l'Annonciation.
Publié dans Eglise
Église avec un chœur gothique, trois nefs et un clocher latéral. Fenêtres à meneaux.
Publié dans Eglise
<< Début < Précédent 1 3 > Fin >>
Page 1 sur 3